Contrairement aux allégations d'un procureur, la plainte déposée en 2014 par 4 lanceuses d’alerte n’a pas été classée sans suite !


Lundi 4 Juillet 2022

Rappelons que ces employées de l'Office des Transports avait porté plainte pour "faux en écriture" en 2014, à l'époque ou Paul-Marie Bartoli était aux commande de cette institution territoriale.
Nous venons d’avoir confirmation d'une information stupéfiante qui contredit totalement celle donnée par le Procureur (relatée dans les colonnes de Corse Matin en Décembre dernier).
Cela pose plusieurs questions inquiétantes sur le fonctionnement de la justice dans notre île. Nous les posons donc...


Des interrogations légitimes...

Less 4 lanceuses d’alerte et leur avocate s’étaient d’ailleurs étonnées à ce moment là de ne pas avoir été avisées personnellement de cet état de fait.
Finalement leur pugnacité leur a permis de vérifier que l’instruction de cette plainte est donc toujours en cours !
Cette situation incroyable pose plusieurs questions :
Pourquoi le Procureur a t il commis une telle imprudence en indiquant à la presse que cette plainte était classée ?
Comment se fait il qu’une plainte pour faux en écriture publique portant sur plusieurs millions d’euros n’est pas instruite depuis 8 ans ?
Dans tous les cas de tels dis fonctionnements ont de quoi dissuader les citoyens de prendre la parole et cela est regrettable.
Dans cette affaire rappelons que ces 4 ex salariées de l’Office des Transports ont, elles, perdu leur emploi depuis meme si le Tribunal des Prud’hommes puis la Cour d’Appel leur a reconnu le statut de lanceuses d’alerte.