C'est en substance le message de fond du Cullettivu après la condamnation de l'Office des Transports pour "harcèlement et discrimination" contre 4 salariés ayant osé dénoncer des détournements de fonds en 2014...


Lanceuses d'alerte...
Lanceuses d'alerte...

Le harcèlement contre des lanceurs d'alerte est une technique traditionnelle qui vise à  bâillonner des citoyens osant dénoncer des pratiques frauduleuses. Cette violence peut être qualifiée de mafieuse car elle défend des détournements de l'argent public au profit d'intérêts privés.

 C'est ce que vient de confirmer la chambre sociale de la Cour d'appel de Bastia en reconnaissant le harcèlement et les discriminations dont ont fait l'objet quatre salariées de l'office des transports sous la Présidence de Paul Marie Bartoli. Mais l 'actuelle majorité a aussi une écrasante responsabilité en ayant manifeste une solidarité à l'égard de hauts fonctionnaires  de cet office coupables de telles pratiques.
C'est pourquoi notre Culletivu exhorte l'exécutif de Corse à prendre ses responsabilités pour que cessent de tels agissements. Dans l'immédiat celui ci doit tirer les conséquences de cette décision de justice en annulant les licenciements sans que ces ex-salariées aient à se lancer dans une nouvelle longue et éprouvante procédure judiciaire.
Nous déplorons par ailleurs que le Parquet n'ait pas pris ses responsabilités  dans un dossier aussi emblématique.  La plainte déposée en décembre 2014 par ces salariées pour faux en écritures publiques et usages semble avoir été classée sans suite en 2019. Cependant les plaignants n'en ont pas été informées,  ce qui  est contraire au Droit et en dit long sur l'inconséquence du Parquet.
Lanceurs d'alerte nous mêmes nous sommes solidaires de ces lanceuses d'alerte et nous ne pouvons que nous indigner de telles contradictions

La CDC se doit de protéger des lanceurs d'alertes et l'Ètat doit prendre ses responsabilités

le Jeudi 23 Décembre 2021 à 09:57 | Commentaires (0)

News

Les réunions et démarches organisées par le Cullettivu en faveur de la libération de la parole des victimes ne sont sans doute pas étrangères à une mobilisation des responsables de la sécurité. Comme en atteste cette réunion, début novembre, sur la lutte contre l'extorsion de fonds. Il est vrai que la situation est grave avec, pour la seule année 2021, plusieurs dizaines de dossiers…


Un reportage de Corse-Matin sur cette réunion
Un reportage de Corse-Matin sur cette réunion

Étaient ainsi rassemblés des responsables de l'Office de lutte contre le crime organisé, de la brigade de lutte contre la criminalité corse, du Groupe Interministériel de recherches corses, des magistrats de la JIRS, le coordonnateur pour la sécurité en Corse, des représentants des parquets généraux, des responsables de la pénitentiaire et de la gendarmerie.

Après le rapport de la JIRS sur les dérives mafieuses en Corse, ce type de réunion souligne l’intensité des les pressions mafieuses qui s'exercent en Corse.

De l'aveu même de l'un des participants "en 2021 il y a eu 51 incendies liés à une activité commerciale. Cela suggère un phénomène de pression car c'est un chiffre très important pour la région".

Afin de faciliter les échanges avec les victimes de racket une adresse mail a été créée  pjcorse-extorsion@interieur.gouv.fr

 

Des dossiers emblématiques sont en cours d’instruction, le Cullettivu dans la mesure de ses possibilités et sans se substituer aux autorités judiciaires, a aussi pour vocation d’être à l’écoute de  victimes bien souvent isolées. Malheureusement la dérive est bien là, encouragées par de nombreux silences. Mais les temps changent…


le Samedi 4 Décembre 2021 à 08:23 | Commentaires (0)

News

Colloque à l'Università di Corti le vendredi 19 novembre sur les perspectives de la Corse, débat le lendemain à Bastia sur la spéculation immobilière... l'importance de la remise en cause du système mafieux a été soulignée par de nombreux intervenants, et pas que des porte-paroles du Cullettivu...


Colloque à l'università di Corsica
Colloque à l'università di Corsica

Le rôle de lanceur d’alerte consiste, principalement,  à prendre la parole pour évoquer des sujets jusque là abordés du bout des lèvres. Désormais le thème de l’emprise mafieuse s’impose et bénéficie d’un large consensus. Dépassés les débats sémantiques sur l’existence d’une mafia, c’est aujourd’hui un thème central.

Ce le fut en tous cas à l’Università de Corti où de nombreuses interventions de la tribune et de la salle ont situé, sans euphémismes, les enjeux. Ce le fut également  au Palais des gouverneurs à Bastia, où, il est le vrai, le thème était source d’inspiration : la spéculation immobilière ! Le Cullettivu Maffia No’ a vita iè ne vise ni à se substituer aux juges, aux policiers, aux élus, aux syndicats. Sa seule ambition est que l’on ne détourne plus les yeux face à l’enlisement culturel suscité par la porosité politique, les pressions économiques et les assassinats. À  l’évidence, cette parole est de plus en plus partagée, on peut s'en réjouir pour que les lignes bougent et cessent les dénis.

Mais l’action de l’association anti-mafia  ne se limite pas au débat. Elle s’informe, met en synergie, sensibilise, s’organise, communique, tape à plusieurs portes, rappelle des engagements. Un gros chantier qui bénéficie de l’immense soutien des insulaires. Alors il n’est certes pas facile de s’afficher anti-mafieux en Corse car c'est dérangeant, y compris autour de soi. Mais c’est là qu’intervient l’expérience des membres d’une association qui ne se veulent ni moralisateurs, ni pontifiants. Ils s'efforcent d’organiser le plus grand nombre possible de citoyens pour que cessent ces silences qui tuent.


Débat sur la spéculation immobilière à Bastia
Débat sur la spéculation immobilière à Bastia

le Lundi 22 Novembre 2021 à 16:56 | Commentaires (0)

News

Dans une lettre adressée à la Présidente de l'Assemblée de Corse et au Président de l'Exécutif le Cullettivu les exhorte à"tenir leurs engagements car la "situation est grave". Après avoir souligné que" jusqu’à présent, que les élus de la CDC se sont singulièrement tenus à l’écart de la prise de conscience qui se dessine". l'association informe qu'elle va demander une entrevue au Premier Ministre lors de sa prochaine visite dans l'île


Le Cullettivu demande à ce que soit  enfin fixée la date de la session extraordinaire sur la Mafia

Collectif A Maffia Nò A Vita Iè

39 Rue César Campinchi

20 000 Bastia

A Monsieur le Président du Conseil Exécutif

De la Collectivité de Corse

22 Cours Grandval

BP215 - 20187 Ajaccio Cedex 01

 

Bastia le 3 novembre 2021

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Depuis la création de notre collectif A Maffia No, A Vita Iè, nous n'avons cessé de dénoncer l'emprise mafieuse sur la société corse.

 

Nous sommes allés à la rencontre de nos concitoyens pour débattre avec eux, et nous avons pu constater que la parole commençait à se libérer sur ce thème considéré comme tabou.

 

Nous avons rencontré les représentants de L’État, les Préfets, les Procureurs ainsi que le Chef de Cabinet du Président de la République pour leur faire part de nos préoccupations face au peu de résultats obtenus dans la lutte contre la maffia mais aussi pour exiger des moyens humains supplémentaires, ainsi qu'une évolution de la législation comparable à celle qui a été mise en œuvre avec succès, en Italie.

 

Nous avons également rencontré les principaux élus de la Corse et nous leur avons adressé pendant la campagne des élections territoriales, un questionnaire dans lequel nous leur demandions entre autres, de se prononcer clairement sur l’existence d’un système mafieux dans notre Île.

 

Force est de constater jusqu’à présent, que les élus de la CDC se sont singulièrement tenus à l’écart de la prise de conscience qui se dessine. Pourtant, elle vient d’être confirmée avec éclat, par des magistrats confrontés chaque jour aux ravages du grand banditisme, qui reconnaissent dans un rapport révélé par le quotidien Le Monde, que la Corse se trouve effectivement, comme nous l’affirmions avec le collectif Massimu Susini, sous emprise mafieuse.

 

L'heure est grave et le temps presse :  nous l'avons rappelé sans que cela émeuve outre mesure nos élus, dans une conférence de presse tenue devant les grilles de l'Assemblée de Corse où se tenait une réunion, il y a un peu plus d'un mois.

 

Dans ces conditions nous revenons vers vous afin que soit enfin fixée sans plus tarder, la date à laquelle se tiendra la session extraordinaire consacrée aux dérives mafieuses, au grand banditisme et à l’affairisme qui sont pour nous indissolublement liés, dont plus personne ne doit ignorer les dangers pour la Corse et les Corses.

 

Par ailleurs, nous vous informons qu’inquiets de la situation de la Corse face au fléau de la mafia, nous demandons à rencontrer le Premier Ministre lors de sa prochaine visite dans l’île.

 

Dans l'attente d'une réponse que nous espérons positive, nous vous prions d’agréer Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.

 

Pour le collectif, Dominique Bianconi


le Jeudi 11 Novembre 2021 à 08:44 | Commentaires (0)

News

Le Cullettivu a rapidement réagi à la réponse sur le pole anti-mafia faite au député Colombani lors de la séance des questions au gouvernement...



le Mercredi 3 Novembre 2021 à 07:55 | Commentaires (0)

News

1 2 3 4 5 » ... 19