Urgence de mettre en place les commissions créées lors de la session contre la mafia


Mardi 17 Janvier 2023

Pressions contres les élus et singulièrement Gilles Simeoni, trafics de drogue de grande ampleur, climat délétère, l’heure est à la mobilisation contre la mafia. Dans un communiqué, le Cullettivu maffia No’, a vita Iè appelle à l'accélération de la mise en place des 5 commissions décidées lors la récente session extraordinaire sur la mafia il y a déjà deux mois !


Urgence de mettre en place les commissions créées lors de la session contre la mafia
Le 18 novembre 2022 l’assemblée de Corse était réunie en session extraordinaire pour évoquer la question de l’importance du système mafieux qui gangrène la vie économique et sociale de la Corse.Notre collectif A Maffia No A Vita qui en avait fait la demande dès sa création il y a 3 ans espérait beaucoup de cette réunion.
Après le débat qui s’est tenu entre les élus, la réunion qui a suivi entre les présidents de groupe, les collectifs antimafia et les associations citoyennes a permis de délier les langues et forcé la confrontation jusqu’à ce qu’il en sorte un résultat positif.
Ainsi l’Assemblée de Corse a pris l’engagement de mettre en place 5 commissions de travail destinées à poursuivre le travail entrepris et suivre l’évolution dans la durée.
Il est urgent maintenant que l’Assemblée de Corse concrétise cet engagement en réunissant effectivement ces commissions.
Il y a urgence car les faits qui s’enchainent confirment ce que nous dénonçons. Les interpellations liées au trafic de drogue se multiplient illustrant l’ampleur du fléau qui décime notre jeunesse. Les intimidations plus ou moins violentes(incendies tous azimuts, lettres de menaces…) contre des élus ou leurs proches et des entreprises continuent. La spéculation immobilière débridée, à Ajaccio notamment, laisse nombre de concitoyens dans le désarroi le plus total. Cerise sur le gâteau, la presse nous révèle qu’une enquête est diligentée pour examiner la collusion présumée d’une magistrate longtemps en poste à Ajaccio avec le représentant de la bande mafieuse du Petit Bar.
En ce début d’année, au moment où s’annoncent nombre d’évènements importants dans l’ordre politique et social qui vont affecter notre vie, il nous parait opportun de rappeler qu’aucune réforme institutionnelle, aucun progrès social n’est vraiment juste et efficace si on ne prend pas au sérieux le combat contre l’entreprise mafieuse qui gangrène notre île.
Notre Collectif a déjà formulé plusieurs propositions, y compris d’évolution de l’arsenal judiciaire. Nous n’avons pas la prétention de détenir la vérité, mais nous devons pouvoir échanger autour de ces propositions et de toutes celles qui  pourront naître de ce débat. C’est ensemble, citoyens, élus de la Collectivité, Députés que nous devons porter au plus haut niveau de l’Etat nos exigences en matière de lutte contre la Mafia.
D’ores et déjà nous espérons que la majorité territoriale, comme elle s’y était engagée, torde le cou aux manœuvres mafieuses qui pervertissent la question du transport, de la gestion de l’eau et du traitement des déchets en agissant pour que ce soit le service public territorial qui se charge de ces questions qui engagent de gros financements publics.

Concession Mercedes à Ajaccio
Concession Mercedes à Ajaccio
Les deux attentats ayant lieu. la même nuit du 4 au 5 décembre dernier ont du été perpêtrés par la même équipe. La jonction des deux dossiers par le parquet confirme les informations qui circulaient déjà. Le seul lien que l'on puisse établir est celui des victimes avec le président de l'exécutif. A Corti, le restaurant Bama est co-dirigé par l'un de ses enfants et la concession auto, visée plus tard ,  est celle de Jean-André Miniconi, candidat de la même mouvance politique aux élections municipales.




Nouveau commentaire :