Le Cullettivu demande à ce que soit enfin fixée la date de la session extraordinaire sur la Mafia


Jeudi 11 Novembre 2021

Dans une lettre adressée à la Présidente de l'Assemblée de Corse et au Président de l'Exécutif le Cullettivu les exhorte à"tenir leurs engagements car la "situation est grave". Après avoir souligné que" jusqu’à présent, que les élus de la CDC se sont singulièrement tenus à l’écart de la prise de conscience qui se dessine". l'association informe qu'elle va demander une entrevue au Premier Ministre lors de sa prochaine visite dans l'île


La lettre adressée aux deux Présidents

Collectif A Maffia Nò A Vita Iè

39 Rue César Campinchi

20 000 Bastia

A Monsieur le Président du Conseil Exécutif

De la Collectivité de Corse

22 Cours Grandval

BP215 - 20187 Ajaccio Cedex 01

 

Bastia le 3 novembre 2021

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Depuis la création de notre collectif A Maffia No, A Vita Iè, nous n'avons cessé de dénoncer l'emprise mafieuse sur la société corse.

 

Nous sommes allés à la rencontre de nos concitoyens pour débattre avec eux, et nous avons pu constater que la parole commençait à se libérer sur ce thème considéré comme tabou.

 

Nous avons rencontré les représentants de L’État, les Préfets, les Procureurs ainsi que le Chef de Cabinet du Président de la République pour leur faire part de nos préoccupations face au peu de résultats obtenus dans la lutte contre la maffia mais aussi pour exiger des moyens humains supplémentaires, ainsi qu'une évolution de la législation comparable à celle qui a été mise en œuvre avec succès, en Italie.

 

Nous avons également rencontré les principaux élus de la Corse et nous leur avons adressé pendant la campagne des élections territoriales, un questionnaire dans lequel nous leur demandions entre autres, de se prononcer clairement sur l’existence d’un système mafieux dans notre Île.

 

Force est de constater jusqu’à présent, que les élus de la CDC se sont singulièrement tenus à l’écart de la prise de conscience qui se dessine. Pourtant, elle vient d’être confirmée avec éclat, par des magistrats confrontés chaque jour aux ravages du grand banditisme, qui reconnaissent dans un rapport révélé par le quotidien Le Monde, que la Corse se trouve effectivement, comme nous l’affirmions avec le collectif Massimu Susini, sous emprise mafieuse.

 

L'heure est grave et le temps presse :  nous l'avons rappelé sans que cela émeuve outre mesure nos élus, dans une conférence de presse tenue devant les grilles de l'Assemblée de Corse où se tenait une réunion, il y a un peu plus d'un mois.

 

Dans ces conditions nous revenons vers vous afin que soit enfin fixée sans plus tarder, la date à laquelle se tiendra la session extraordinaire consacrée aux dérives mafieuses, au grand banditisme et à l’affairisme qui sont pour nous indissolublement liés, dont plus personne ne doit ignorer les dangers pour la Corse et les Corses.

 

Par ailleurs, nous vous informons qu’inquiets de la situation de la Corse face au fléau de la mafia, nous demandons à rencontrer le Premier Ministre lors de sa prochaine visite dans l’île.

 

Dans l'attente d'une réponse que nous espérons positive, nous vous prions d’agréer Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.

 

Pour le collectif, Dominique Bianconi