Anti-mafia en Sicile , un modèle pour la Corse ?


Mardi 17 Mai 2022

La question peut être posée tant le climat insulaire s'alourdit... Pour aider à y répondre, le Collectif Maffia No’ a vita Iè a apprécié l’invitation de l’Association Crim’Halt organisatrice d' un cycle de formation Européen financé par le programme Erasmus à Palerme. Josette Dall’ava-Santucci a ainsi fait partie de cette délégation.
26 personnes (victimes, associations , journalistes , avocats , médecin, artistes, étudiants ) ont ainsi visité, pendant 7 jours, les lieux de mémoire de la lutte anti-mafia amorcée il y a 40 ans.


Ce combat est fort, aujourd’hui, de 1500 associations réunies sous la bannière coordinatrice de  la fédération LIBERA (« pour se libérer de l’emprise maffieuse »). Cruel constat, pendant ce temps en Corse dans les années 80, l’Etat se concentrait sur la lutte anti-nationaliste. Les pratiques mafieuses s’installaient insidieusement à la faveur du développement touristique, attirées par l’argent facile de la drogue, de l’immobilier, des déchets ou du BTP. 

 

Le séjour souligne  à la fois le poids de nos quarante ans de retard mais révèle aussi une mine d’idées assumées par la société civile  et des espoirs portés par les projets de lois européens : Mémorial de la maffia, visite des quartiers populaires avec Addio Pizzo (No Racket), manifestation monstre tous les 9 mai de la société civile, lieu du maxi-procès survenu à la faveur des nouvelles lois d’association maffieuse et du statut de repenti, lieux de mémoire des assassinats (premier journaliste, juges Falcone et Borsellano, prêtre au rôle social , victimes innocentes), lieux de biens confisqués à la mafia (hôtel, restaurants, vignobles, cimenterie ), enregistrement à la radio locale d’une émission Mediterraneo avec RCFM .

 Le clou de la visite fut certainement l’accueil réservé par le Procureur Balsamo, Président du Tribunal de Palerme et acteur européen de l’élaboration  d’un socle légal commun en cours d’élaboration à Vienne. L’insuffisance des lois françaises et le manque d’indépendance de la justice dans l’hexagone apparaissent clairement comme une limitation mais d’après lui les discussions avec la France sont prometteuses .

Un participant cinéaste réalisait un documentaire qu’il proposera aux chaines de télévision.

 


Images d'une visite très instructive


Josette Dall'ava Santucci aux côtés du Président du Tribunal de Palerme et de la Présidente d'Anticor. Photo F. Laurent CorseMatin
Josette Dall'ava Santucci aux côtés du Président du Tribunal de Palerme et de la Présidente d'Anticor. Photo F. Laurent CorseMatin